Skip to content

Vignerons, si l’on en croit les dictons d’antan, scrutez le ciel de la nuit de noël ! « S’il fait bien noir pour la messe de minuit, les blés seront épais et les grappes serrées. Si le ciel est clair, il y aura peu de grains et peu de raisins »rapporte le docteur Roger-Paul Dubrion, dans sa Météorologie des Anciens(éditions l’Harmattan, 250 pages pour 29 euros). Directeur scientifique du Centre d’Histoire de la Vigne et du Vin, le bioclimatologue souligne que « le ciel de la nuit de noël a toujours eu une interprétation dans les foyers des campagnes. Un clair de lune la nuit de Noël laisse augurer de mauvaises récoltes. Un présage sans doute lié à une longue expérience, toutefois pour lequel il n’y a pas d’explication scientifique »

Lire l'article

Le goût du naturel

Année internationale des récifs coralliens. L’évènement, initialement prévu les 24 et 25 novembre dernier, a dû être reporté à ce week-end du 15 et 16 décembre du fait du mouvement des Gilets Jaunes. Organisé pour célébrer l’année internationale des récifs coralliens, ces deux demi-journées doivent permettre au grand public d’en savoir plus sur la vie de ces écosystèmes.

Beaux, complexes, mais aussi très fragiles, les récifs coralliens sont une richesse que chacun peut prendre plaisir à découvrir, mais qu’il est aussi nécessaire de protéger. La réserve marine de La Réunion a donc prévu de nombreuses activités pour initier les curieux aux merveilles de ce patrimoine marin extraordinaire.

Lire l'article

Le goût du naturel

Arpentant les vignes de Pinglestone, dans le sud de l'Angleterre, sous un pâle soleil automnal, James Bowerman, responsable du vignoble pour Vranken-Pommery, affiche un grand sourire. "Le pinot meunier s'est vraiment épanoui cette année", se félicite-t-il. Les températures ont surpris la célèbre Maison de champagne, qui a investi récemment ce coin du sud de l'Angleterre pour y développer des vins effervescents.

Intriguée par le développement rapide de la viticulture en Angleterre, Vranken-Pommery a tenté l'aventure anglaise après un "coup de cœur" pour cette colline du Hampshire au sous-sol crayeux. Quinze hectares de chardonnay, pinot noir et pinot meunier, les trois cépages typiques champenois, y ont été plantés l'an dernier. S'y ajouteront bientôt vingt-cinq autres hectares. "On a été obligé d'arroser les plants au mois de juin, ce qui est assez incroyable. Compte tenu de la réputation du climat anglais, on ne s'y attendait pas", confie Clément Pierlot, directeur des vignobles et chef de cave de champagne Pommery & Greno.

Lire l'article

Le goût du naturel

Lentement, mais sûrement, les pépinières Mercier se positionnent comme un futur acteur de la sélection, de la prémultiplication et de la diffusion de nouveaux cépages résistants au mildiou et à l’oïdium.

Cette arrivée du premier pépiniériste français (commercialisant 15 millions de plants par an) ouvrirait le champ de l’offre aux vignerons français, qui sont actuellement limités aux obtentions françaises Résistance Durable (ResDur) de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et aux variétés issues d’Allemagne et d’Italie qui ont été classés en France. Encore balbutiante, la diffusion de cépages résistants aux maladies cryptogamiques dans le vignoble français suscite un intérêt proprement intarissable.

Lire l'article

Le goût du naturel

La spéculation fait exploser de manière totalement irrationnelle le prix du foncier agricole. Je peux parler du Médoc, de Pomerol, mes collègues vous parleront de la Champage et de la Bourgogne » souligne à la tribune parlementaire la sénatrice Nathalie Delattre ce 29 novembre.

Adopté ce 29 novembre, l’amendement 253 au budget 2019 accorde aux repreneurs d’un domaine (dans le cadre familial, d’un fermage, d’un GFA…) l’exonération totale des droits de mutation, assortie d’une exonération de 90 % de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)*. Du moins à la condition de maintenir l’activité agricole pendant 18 années au moins. Salué par la filière viticole, cet amendement a été voté ce 29 novembre malgré l’opposition du gouvernement, qui proposait de revoir le pacte Dutreil de transmission d’une affaire familiale, en proposant une exonération des droits de mutation de 75 %, avec un plafond à 300 000 € pour un engagement de conservation du bien sur 4 ans.

Lire l'article

Le goût du naturel