Skip to content

Poules, elles pourraient être permises en ville

Poules, la Ville de Trois-Rivières a adopté, ce soir, son tout premier Plan d’agriculture urbaine. Celui-ci ouvre la porte à un projet pilote pour encadrer la présence de poules urbaines.

Dans le cadre de ce projet pilote tenu en collaboration avec la Société protectrice des animaux de la Mauricie. Trois-Rivières souhaite s’inspirer des meilleures pratiques déjà existantes en la matière, puisque des villes comme Gatineau et Longueuil ont déjà adopté des politiques à ce sujet.

 
 

UN JARDIN SOUS LE MÉTRO DE PARIS

Jardin urbain : Le projet, baptisé Fermiers Généreux, a été confié à l’association Vergers urbainsParmi les acteurs, il y a Pépins Production, Boco Loco et Urbanescence. L’idée est d’apporter de la verdure au cœur de la capitale, tout en sensibilisant les citadins sur un nouveau concept environnemental. Les travaux devraient être achevés avant l’été 2019.
 
 

La nature, un remède au mal urbain

De plus en plus d’auteurs évoquent le manque de nature dont souffre la société occidentale. Mais sommes-nous vraiment séparés de la nature ?

Des travaux en bas de chez moi m’ont réveillée ce matin. Le bruit des marteaux piqueurs, les éclairages de rue qui illuminent les murs de l’appartement, les voitures qui défilent, ou juste l’air qui, au lieu de sentir le vert, sent le gasoil. On s’y est habitué. Les odeurs, les rythmes et les sons de la ville sont devenus ma norme.

De plus en plus d’auteurs évoquent le manque de nature dont souffre la société occidentale. Glenn Albrecht, ancien professeur à l’Université Murdoch, a créé le terme solastalgie pour évoquer la détresse que l’être humain éprouve face aux changements liés à son environnement naturel proche. Le journaliste américain Richard Louv, lui, parle même de trouble de déficit de nature dont les conséquences sur la santé vont du stress chronique à la dépression, en passant par les troubles du sommeil et l’hyperactivité.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Comment la high-tech favorise l'agriculture urbaine

Dans un monde où les zones urbaines ne cessent de s’agrandir, l’agriculture de ville devient un enjeu majeur pour l’alimentation de la planète. Les nouvelles technologies constituent un outil essentiel pour déployer ces modes de culture alternatifs, à petite et grande échelle.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), près de 800 millions de personnes pratiquent actuellement l’agriculture urbaine dans le monde. Rien qu’en Île-de-France, l’Observatoire de l’agriculture urbaine dénombre près de 370 hectares d’initiatives.

agriculture-urbaineAgricool, entreprise née à Paris il y a deux ans, s’est donné pour mission de révolutionner l'agriculture urbaine à Dubaï en la rapprochant des consommateurs en produisant directement dans les villes.

Vu de l'extérieur, on ne soupçonne pas que le simple conteneur, recouvert de bardeaux de bois recyclé affichant un logo sobre et vert, renferme les ambitions révolutionnaires d'une petite entreprise émergente française dans le domaine de l'agriculture.

Lire l'article

Le goût du naturel