Skip to content

Jardiner en fonction des mouvements de la lune ?

La marée est une des manifestations les plus visibles de l’influence de la lune sur la terre. Elle influerait aussi sur les plantes. Des jardiniers suivent les phases de la lune pour semer et planter.
Jacques Mauret est-il toujours dans la lune ? Certainement pas lorsque l’on voit la beauté de son potager. Par contre, la lune, il y pense tout le temps pour jardiner. Il fait parti de ceux qui cultivent en suivant le cycle lunaire (voir ci-dessous).
« J’ai commencé il y a dix ans le potager. Au départ, je suivais un livre sur le calendrier lunaire. Maintenant, je regarde un site sur ma tablette », explique Jacques Mauret, qui réside à Saint-Germain-des-Fossés
Pourquoi ce choix ? Parce que Jacques Mauret a « horreur de rater les choses ».
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Lait de jument : Chevalait, le lait de jument

Lait de jument,  Chevalait commence aujourd’hui à se faire une place en France et à l’étranger. Cette PME normande compte passer à la vitesse supérieure en développant une véritable filière industrielle de lait de jument. Elle expose son savoir-faire, ce week-end, pendant trois jours au Festival Fenô de Caen.

 

Potager : La rotation des cultures, aussi dans le potager

Potager : Les scientifiques recommandent aux agriculteurs de pratiquer une rotation des cultures afin de favoriser la régénération des sols. Ce conseil s’applique également aux potagers.

 

Prairie: À la recherche de la plus belle prairie de Wallonie

Prairie: Face à l’intensification de l’agriculture et à la perte de biodiversité liée, Natagora met en place un projet pour apprendre à mieux comprendre les agriculteurs et à les reconnecter à la nature. Dans ce cadre, l’association lance un concours pour récompenser la plus belle prairie de Wallonie.

 

Ils poussent sur les arbres, leurs souches ou ce qu’il en reste à terre. Focus sur trois lignicoles, deux sauvages et un autres cultivé : la « Souchette » du peuplier, le Polypore soufré et le Pleurote en forme d’huître.

"Tout ce qu’il faut savoir avant d’aller chercher des cèpes (et en trouver)", a suscité l’année dernière un certain engouement. Aussi cette année, nous vous invitons à découvrir (ou mieux reconnaître) d’autres espèces de champignons sauvages réputées comestibles. Nous publions ici le quatrième volet de cette nouvelle série d’automne.

Têtes tendres et pieds de bois

Autrefois Agrocybe, aujourd’hui Cyclocybe, notre Souchette de Nouvelle Aquitaine n’en garde pas moins la même tête (cybe du préfixe grec kubê = tête). Au diable l’étymologie mais gardons la tête tendre et rejetons le pied trop dur quand il s’agit de consommer ce champignon très savoureux après cuisson quand il est jeune.

Lire l'article

Le goût du naturel