Skip to content

Tous les 5 ans, les agriculteurs multiplicateurs de semences de l'Albret constatent une année noire. Et 2018 en est malheureusement une. Comme en 2013, «la production n'est pas énorme», regrette Fernand Roques, ingénieur agricole pour la Fédération Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de Semences, basé à la centrale d'expérimentation de Condom. Il gère le Lot-et-Garonne, le Gers, le Lot et le Tarn-et-Garonne.

En cause de cette année noire, une climatologie catastrophique. La principale culture touchée est la betterave. Le Lot-et-Garonne est l'un des premiers producteurs de graines de cette plante potagère. «Nous avons connu un printemps très humide, qui a retardé le repiquage au mois de mars. De fait, les plantations ont été retardées. À cela, il faut ajouter un manque d'ensoleillement sur cette période de l'année. Donc pas beaucoup de graines. Et en plus, nous avons eu de grosses chaleurs sur la fin de cycle, ce qui a perturbé la récolte.» Fernand Roques parle d'une baisse de 20 % à 25 % par rapport aux chiffres des autres années.

Lire l'article

Le goût du naturel

Emeric s’est présenté seul au bilan de «L’amour est dans le pré» apparemment sa relation avec Lucie était éphémère. Le pépiniériste a depuis tourné la page et il a même trouvé chaussure à son pied. Il file le parfait amour avec l’une de ses anciennes candidates.

Une prétendante rencontrée lors des speed dating

Emeric et Lucie étaient prêts à s’engager ensemble mais leur idylle n’a pas duré car ils remarquaient leurs incompatibilités au fur à mesure que le temps passait. L’apiculteur breton n’a pas perdu beaucoup de temps après sa rupture. Il se console dans les bras d’une autre prétendante par la suite. C’est Karine Le Marchand qui donne l’information en voix-off. Emeric a trouvé chaussure à son pied et il s’agit de Maëlle. Cette dernière est l’une des prétendantes qu’Emeric a rencontrées lors des speed dating à Paris. Le charme du beau gosse a très vite opérée car les deux tourtereaux semblent très amoureux et cela fait deux mois qu’ils sont ensemble.

Lire l'article

Le goût du naturel

La Tunisie a finalisé, vendredi, l’importation de125 mille tonnes de blé tendre à 251 dollars la tonne (731,4 D) et de 75 mille tonnes d’orge fourrager à 255 dollars/tonne ( 742,8 D), a indiqué le directeur de l’approvisionnement à l’Office national des céréales (ONC), Abdessattar Fehri, dans une déclaration à l’agence TAP.

Lire l'article

 

Une fois de plus, une loi censée favoriser la transition écologique a eu du plomb dans l’aile.

Lire l'article

La France est le premier fournisseur mondial de malt, l'ingrédient de la bière, fabriqué à partir de l'orge de brasserie. Sur les cinq plus grands acteurs mondiaux, trois sont des sociétés françaises. Elles exportent 80 % de leur production. Et elles doivent s'adapter au changement climatique pour continuer à fournir leurs clients. 
Alexis Bédu s'est rendu dans une des plus importantes malteries d'Europe. Elle appartient au groupe Soufflet, leader mondial et se trouve à Nogent-sur-Seine, au sud-est de Paris.

Lire l'article

Le goût du naturel